Recherche-action sur les solitudes

Suite à un diagnostic et à la constitution d’un groupe d’adhérents actifs intéressés par les sujets de société et mobilisés pour une démarche d’autoformation, le sujet des solitudes a été retenu comme objet de recherche et d’action. Le Céas 22 pilote donc une recherche-action sur le thème des solitudes sur le Pays de Saint-Brieuc.

Quelques constats

Tirés de l’étude de la Fondation de France « Les solitudes en France, juin 2013 »:

  • En 2013 en France, 5 millions de personnes n’ont aucun réseau relationnel actif, soit 12% des personnes de plus de 18 ans.
  • Les personnes pauvres (moins de 1000€ par mois) sont 17% à être en situation d’isolement relationnel (aucun réseau).
  • 39 % des Français entretiennent des relations faibles ou inexistantes avec leur famille. Ce qui correspond à une hausse de six points par rapport à 2010.
  • Une personne sur quatre n’entretient plus aucune relation amicale régulière.
  • Parmi les personnes éprouvant l’isolement 47% considèrent que même si elles le voulaient, elles ne pourraient pas facilement se faire de nouveaux amis.
  • Pour 24% des personnes la fréquentation des commerces ou équipements de proximité, les promenades dans le quartier ou la commune, génèrent peu ou pas d’échange ou de discussion avec les autres. Dans ce groupe, sont surreprésenté : Les personnes pauvres, faiblement diplômées, les résidents du parc HLM ou en grands collectifs, ainsi que les personnes ayant des difficultés à se déplacer au quotidien.
  • 80% des personnes en situation d’isolement relationnel ne sont pas utilisateurs des réseaux virtuels sur Internet.

Le projet de recherche-action

Le groupe menant la recherche-action sur les solitudes a été constitué le 25 juin 2013. Il regroupe des personnes impliquées sur le territoire du Pays de Saint-Brieuc et reste ouvert à de nouveaux participants.

Les attentes des participants sont de s’appuyer sur l’échange et l’expression de chacun pour se co-former et construire ensemble sur une thématique. Les connaissances ainsi acquises dépassent le sujet de la recherche. Les processus, les outils d’animation, la méthode même de la recherche-action et les rencontres seront-ils aussi sources d’apprentissages ?

Mobiliser de la pensée et en créer se fait rarement dans un lieu libéré des enjeux de fonctions et de pouvoirs. Le groupe souhaite trouver un espace de liberté et de réflexion pour partager, confronter des valeurs, mettre en commun des informations qui font réfléchir… Il souhaite pouvoir le faire dans une dynamique qui amène à réinventer en permanence les façons de faire.

La démarche envisagée

La recherche-action sur le thème des solitudes, pilotée par la commission autoformation, concernera le territoire de l’agglomération de Saint-Brieuc.

La construction de l’objet de recherche et de la finalité occupera la première année de la commission. Nous pensons nous réunir environ une fois par mois pendant l’année 2013-2014.

Les questions qui se posent au groupe

Quelles sont les pratiques concrètes et les dynamiques de la fabrication du lien social ?

Comment naissent, changent et disparaissent les relations interpersonnelles ?

Sur quelles solitudes devons-nous agir ?

Pour quelles raisons ?

Quels problèmes posent les solitudes ? À qui ?

Qu’est-ce que la solitude ?

Qui est concerné ? Comment ?

Comment aller vers les personnes souffrant de solitude ?

Quelles finalités, quelles actions ? Quels changements ? Pour qui ?

Comment sensibiliser les citoyens sur la solitude de leur voisin ?

Comment permettre aux personnes vivant un sentiment de solitude de se retrouver en capacité d’affronter la solitude qui passe en y mettant de la construction, du sens ?

Comment permettre aux personnes vivant un sentiment de solitude de construire des liens significatifs avec un groupe primaire d’appartenance (communauté) ?

Contactez-nous pour participer ou suivre nos travaux

A propos

Pascale Perron

Chargée de développement du Céas 22, elle est titulaire du Diplôme d’Etat d’ingénierie sociale, d’une licence en Travail social et d’un DU en organisation communautaire obtenus au Québec. Elle est également formatrice et a de nombreuses expériences d’accompagnement et d’animation de collectifs, notamment dans des approches développant le pouvoir d’agir.